À nous de jouer !

Moyen-métrage qui dénonce le harcèlement et la société dans laquelle nous vivons



 Bonjour, je m'appelle Zélia, j'ai 17 ans et suis en 3 ème année au collège Madame De-Staël. Une amie et moi-même avons le projet de réaliser un moyen-métrage d'environ 30-40 min qui parlerait d'un groupe d'amis qui décident de partir en vacances tous ensemble, seulement ils choisissent les yeux bandés le lieu où ils partiront et tombent sur un village perdu en Europe (le lieu est à définir mais probablement au Jura). Arrivés dans le village (dont aucun site internet ne traîte et que personne ne connaît), leurs téléphones ne marchent plus. Après s'être installés ils partent visiter les lieux, seulement là-bas, tout est différent : l'argent n'existe pas (seulement du troc), les gens se connaissent tous et s'aiment tous, les enfants vont dans une école où toutes les formes d'intelligences sont enseignées et où l'apprentissage du développement durable, de l'egalitée de la solidarité sont les vertus principales. Dans ce village les codes et la peur du regard des autres n'existe pas, le taux de carbonne est presque nulle, les résaux sociaux et les téléphones portables sont inexistants et incompris par les villageois), il en est de même pour le racisme, l'homophobie, le harcèlement, la dépression et le suicide. A la fin de ces vacances le personnage principal se réveille chez lui par sa mère qui hurle parce qu'il ne s'est pas reveillé pour son examen de physique. Il s'avèrera que sa vie est très différente de son rêve, c'est un jeûne garçon dépressif qui a subit beaucoup de harcèlement, qui n'a pas du tout confiance en lui, qui déteste ses études et le monde qui l'entoure hormis ses 4 seuls amis et ses parents. En se réveillant ce matin là il comprend qu'il ne peut plus continuer à rêver sa vie éternellement et décide de se suicider. Ni ses amis ni ses parents savaient qu'il était si malheureux et que pour lui, chaques nouvelles journées étaient un calavire. En trouvant sa lettre d'adieu, ses amis et ses parents sont dévastés, mais peu à peu ils comprennent, beaucoup de jeûnes n'arrivent pas à affronter les moqueries, la haine, la solitude, la pression, cette course au meilleur, certains n'arrive pas passer au dessus de leur nature qui leur demande juste à être aimé et faire ce qu'ils aiment faire. Il faisait parti de ces humains là, de ceux qui sont de trop grands rêveurs pour accepter la réalité. Ses 4 amis décident donc de finir leurs études et d'ouvrir une association visant à aider les jeûnes dépressif et à, petit à petit, créer cette utopie dont leur meilleur ami avait besoin. Notre but avec ce moyen-métrage serait d'imaginer une société meilleure, de faire prendre conscience de l'absurdité du monde dans lequel nous vivons et de sensibiliser aux mal être de beaucoup de jeûnes et au suicide, bien trop présent même en Suisse, mais aussi de créer un projet en lien avec notre passion commune ; le cinéma. J'espère que ce projet vous plaît autant qu'il nous plaît et que vous nous aiderez à rendre ce projet réalisable.

PS : Merci, c'est grâce aux gens comme vous que le monde devient meilleur.

Zélia Zanone et Emma Candia





En pratique

#cinéma       #court-métrage       #écologie       #économie sociale et solidaire       #futur désirable       #optimisme       #solidarité      




Création d'un spectacle de cirque et de danse s'intitulant "Le temps d'une éclipse"
Association Rudelbums
L'Art du Cosmétique au Naturel
Jeunes reporters à l'ONU