À nous de jouer !

Les Amis de La Bretelle


#barassociatif     #lieu culturel    

La Bretelle : un bar historique

En 1979, le restaurant à fondues du numéro dix-sept ferme ses portes et la Bretelle voit le jour. A son origine, le bar cible une clientèle lesbienne et gay. Il devient vite un haut lieu de la mixité genevoise. « On s’y rend sans juger et sans être jugé », affirme la Tribune de Genève dans un article de 2009 consacré à la célébration des trente ans d’existence du bar. Si sa vocation de bastion de la mixité genevoise a contribué à la célébrité de la Bretelle, le bar doit en grande partie son renom à la place prépondérante qu’y tient l’accordéon. La fondatrice de la Bretelle, accordéoniste chevronnée, a veillé à promouvoir son instrument en invitant des musiciens et en se produisant elle-même tout au long de l’histoire du bar lors de soirées festives et dansantes au son du piano à bretelles, dont le lieu tire son nom.

En 1979, le restaurant à fondues du numéro dix-sept ferme ses portes et la Bretelle voit le jour. A son origine, le bar cible une clientèle lesbienne et gay. Il devient vite un haut lieu de la mixité genevoise. « On s’y rend sans juger et sans être jugé », affirme la Tribune de Genève dans un article de 2009 consacré à la célébration des trente ans d’existence du bar. Si sa vocation de bastion de la mixité genevoise a contribué à la célébrité de la Bretelle, le bar doit en grande partie son renom à la place prépondérante qu’y tient l’accordéon. La fondatrice de la Bretelle, accordéoniste chevronnée, a veillé à promouvoir son instrument en invitant des musiciens et en se produisant elle-même tout au long de l’histoire du bar lors de soirées festives et dansantes au son du piano à bretelles, dont le lieu tire son nom.

image par defaut
La Bretelle : un bar historique