À nous de jouer !

DE

Je m'interroge, pourquoi est-il urgent d'agir pour le climat ?

Publié par
Ruben Chung

Je me souviens encore des marches Fridays for Future qui ont eu lieu à Genève en 2018. À l’époque, je n’avais que 12 ans, mais je me souviens vivement du message selon lequel c’était à nous, les jeunes, de faire entendre notre voix afin de sauver notre planète. En tant qu’enfant, il peut être difficile de saisir pleinement l’urgence d’une situation comme le changement climatique, mais en vieillissant, j’ai commencé à comprendre la gravité du problème.

Vivant en Suisse, j’ai vu de mes propres yeux l’impact du changement climatique sur notre pays. J’ai enduré des étés caniculaires avec des températures record, le tout sans le luxe de la climatisation. Et pourtant, nous avons aussi connu un temps hivernal en plein été ! Il y a quelques années, la maison de mon meilleur ami a été complètement inondée par des pluies extrêmes près de Carouge, et il a dû trouver un logement temporaire. J’ai vu le glacier de la station de ski où je skie depuis l’âge de quatre ans reculer visiblement année après année. Cette saison, il n’y avait pas de neige sur les pistes pendant les vacances de Noël, et presque pas pendant les vacances de février.

Tous ces impacts m'ont amené à me demander pourquoi les gens disent que le temps presse. Qu’y a-t-il exactement derrière ce sentiment d’urgence ? Comme beaucoup d’entre vous le savent, les gaz à effet de serre tels que le CO2 sont libérés par la combustion de combustibles fossiles, et ces gaz s’accumulent dans l’atmosphère. Lorsque les rayons du soleil pénètrent dans l’atmosphère terrestre, certains sont réfléchis par la surface de la Terre, tandis que d’autres sont piégés par l’atmosphère, créant un effet de serre qui augmente les températures sur notre planète.

En 2017, le monde a émis 37 gigatonnes de CO2. L’année dernière, ce nombre était passé à environ 58 gigatonnes. Et c'est là que le temps prend tout son sens : le CO2 reste dans l'atmosphère pendant environ 100 ans. Cela signifie que chaque action que nous entreprenons qui libère du carbone dans l’atmosphère laisse une trace sur la planète pendant un siècle entier. Manger un steak de bœuf, rouler dans une voiture alimentée aux combustibles fossiles, faire un voyage en avion en vacances – chacune de ces activités laisse une empreinte durable dans notre atmosphère.

Aujourd’hui, la concentration de dioxyde de carbone dans notre atmosphère est d’environ 420 parties par million (ppm). Pour éviter des dommages permanents catastrophiques à notre climat, les scientifiques disent que la concentration doit rester inférieure à 450 ppm. Mais aux taux actuels d’ajout de CO2 dans l’atmosphère, nous dépasserons 450 ppm d’ici 2040, ce qui augmentera la température moyenne sur Terre de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

Si nous atteignons 450 ppm, presque tous les aspects de la vie telle que nous la connaissons seront affectés. L’accessibilité et la qualité de notre nourriture et de notre eau diminueront, notre santé souffrira et nous serons exposés à des dangers accrus de catastrophes naturelles. Le paysage physique de notre planète sera modifié de façon permanente.

Les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique vont fondre, et nous constatons déjà une perte de glace d’environ 100 à 160 gigatonnes chaque année en Antarctique. Le niveau de la mer augmente d’environ 2,9 millimètres par an, ce qui met en péril les petites nations insulaires comme les Maldives, Tuvalu et Kiribati. Si la calotte glaciaire du Groenland fond, le niveau de la mer pourrait augmenterait jusqu’à 7 mètres.

En Suisse, la fonte de nos 1 500+ glaciers menacera notre approvisionnement en eau, augmentera le risque d’inondations et de coulées de boue et réduira le cycle de vie de nombreuses plantes et animaux alpins. Des températures de l’air plus élevées entraîneront également une augmentation de la pollution de l’air, ce qui nuira à notre santé.

Réaliser que les calottes glaciaires et les glaciers ne peuvent pas être regelés une fois qu’ils ont fondu est une pensée effrayante. C’est un point de non-retour, et nous devons agir maintenant pour l’empêcher. Cependant, ce n’est pas seulement la fonte des glaces qui affectera notre planète à l’approche du seuil de 450 ppm. On s’attend à ce que les changements dans les conditions météorologiques aient des répercussions importantes sur la production et la disponibilité des aliments, ce qui fait de l’insécurité alimentaire une préoccupation pour de nombreuses régions.

À mesure que les températures augmentent, il deviendra plus difficile de cultiver dans certaines régions, et les sécheresses et les inondations deviendront plus fréquentes, ce qui rendra plus difficile la production alimentaire. En outre, le statut de la Suisse en tant que « réservoir d’eau de l’Europe » sera menacé, car le changement climatique modifie les régimes de précipitations, entraînant une pénurie potentielle d’eau. Cela affectera également les populations de poissons dans nos lacs et rivières, avec des températures de l’eau plus élevées, des changements dans les régimes de précipitations et des modifications de la chimie de l’eau.

Les conséquences d’atteindre 450 ppm sont vastes et de grande portée, mais le problème du changement climatique est simple. La combustion de combustibles fossiles pour produire de l’énergie est la principale source d’émissions de CO2 dans l’atmosphère, et cela peut être résolu dans une large mesure en utilisant les technologies existantes, telles que l’énergie solaire et éolienne. Nous avons tous les outils pour inverser la tendance, mais nous devons travailler ensemble rapidement. 

Je n’ai que 16 ans aujourd’hui, et nous n’avons qu’une autre de mes courtes vies d’adolescent, pour inverser la tendance actuelle à faire de 450 ppm une réalité lointaine. Alors que nous regarderons le ciel dans 16 ans, espérons voir le soleil briller de mille feux, sans être obstrués par les traces gravées de nos actions passées sur le carbone. Rappelons-nous que chaque choix que nous faisons, de la nourriture dans nos assiettes à la façon dont nous voyageons, laisse une longue empreinte sur notre planète. Et choisissons judicieusement, en gardant à l’esprit l’héritage que nous laisserons aux générations futures. Car ce n’est pas seulement l’air que nous respirons ou l’eau que nous buvons qui est en jeu, mais l’avenir même de la vie sur Terre.

 

Je me souviens encore des marches Fridays for Future qui ont eu lieu à Genève en 2018. À l’époque, je n’avais que 12 ans, mais je me souviens vivement du message selon lequel c’était à nous, les jeunes, de faire entendre notre voix afin de sauver notre planète. En tant qu’enfant, il peut être difficile de saisir pleinement l’urgence d’une situation comme le changement climatique, mais en vieillissant, j’ai commencé à comprendre la gravité du problème.

Vivant en Suisse, j’ai vu de mes propres yeux l’impact du changement climatique sur notre pays. J’ai enduré des étés caniculaires avec des températures record, le tout sans le luxe de la climatisation. Et pourtant, nous avons aussi connu un temps hivernal en plein été ! Il y a quelques années, la maison de mon meilleur ami a été complètement inondée par des pluies extrêmes près de Carouge, et il a dû trouver un logement temporaire. J’ai vu le glacier de la station de ski où je skie depuis l’âge de quatre ans reculer visiblement année après année. Cette saison, il n’y avait pas de neige sur les pistes pendant les vacances de Noël, et presque pas pendant les vacances de février.

Tous ces impacts m'ont amené à me demander pourquoi les gens disent que le temps presse. Qu’y a-t-il exactement derrière ce sentiment d’urgence ? Comme beaucoup d’entre vous le savent, les gaz à effet de serre tels que le CO2 sont libérés par la combustion de combustibles fossiles, et ces gaz s’accumulent dans l’atmosphère. Lorsque les rayons du soleil pénètrent dans l’atmosphère terrestre, certains sont réfléchis par la surface de la Terre, tandis que d’autres sont piégés par l’atmosphère, créant un effet de serre qui augmente les températures sur notre planète.

En 2017, le monde a émis 37 gigatonnes de CO2. L’année dernière, ce nombre était passé à environ 58 gigatonnes. Et c'est là que le temps prend tout son sens : le CO2 reste dans l'atmosphère pendant environ 100 ans. Cela signifie que chaque action que nous entreprenons qui libère du carbone dans l’atmosphère laisse une trace sur la planète pendant un siècle entier. Manger un steak de bœuf, rouler dans une voiture alimentée aux combustibles fossiles, faire un voyage en avion en vacances – chacune de ces activités laisse une empreinte durable dans notre atmosphère.

Aujourd’hui, la concentration de dioxyde de carbone dans notre atmosphère est d’environ 420 parties par million (ppm). Pour éviter des dommages permanents catastrophiques à notre climat, les scientifiques disent que la concentration doit rester inférieure à 450 ppm. Mais aux taux actuels d’ajout de CO2 dans l’atmosphère, nous dépasserons 450 ppm d’ici 2040, ce qui augmentera la température moyenne sur Terre de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels.

Si nous atteignons 450 ppm, presque tous les aspects de la vie telle que nous la connaissons seront affectés. L’accessibilité et la qualité de notre nourriture et de notre eau diminueront, notre santé souffrira et nous serons exposés à des dangers accrus de catastrophes naturelles. Le paysage physique de notre planète sera modifié de façon permanente.

Les calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique vont fondre, et nous constatons déjà une perte de glace d’environ 100 à 160 gigatonnes chaque année en Antarctique. Le niveau de la mer augmente d’environ 2,9 millimètres par an, ce qui met en péril les petites nations insulaires comme les Maldives, Tuvalu et Kiribati. Si la calotte glaciaire du Groenland fond, le niveau de la mer pourrait augmenterait jusqu’à 7 mètres.

En Suisse, la fonte de nos 1 500+ glaciers menacera notre approvisionnement en eau, augmentera le risque d’inondations et de coulées de boue et réduira le cycle de vie de nombreuses plantes et animaux alpins. Des températures de l’air plus élevées entraîneront également une augmentation de la pollution de l’air, ce qui nuira à notre santé.

Réaliser que les calottes glaciaires et les glaciers ne peuvent pas être regelés une fois qu’ils ont fondu est une pensée effrayante. C’est un point de non-retour, et nous devons agir maintenant pour l’empêcher. Cependant, ce n’est pas seulement la fonte des glaces qui affectera notre planète à l’approche du seuil de 450 ppm. On s’attend à ce que les changements dans les conditions météorologiques aient des répercussions importantes sur la production et la disponibilité des aliments, ce qui fait de l’insécurité alimentaire une préoccupation pour de nombreuses régions.

À mesure que les températures augmentent, il deviendra plus difficile de cultiver dans certaines régions, et les sécheresses et les inondations deviendront plus fréquentes, ce qui rendra plus difficile la production alimentaire. En outre, le statut de la Suisse en tant que « réservoir d’eau de l’Europe » sera menacé, car le changement climatique modifie les régimes de précipitations, entraînant une pénurie potentielle d’eau. Cela affectera également les populations de poissons dans nos lacs et rivières, avec des températures de l’eau plus élevées, des changements dans les régimes de précipitations et des modifications de la chimie de l’eau.

Les conséquences d’atteindre 450 ppm sont vastes et de grande portée, mais le problème du changement climatique est simple. La combustion de combustibles fossiles pour produire de l’énergie est la principale source d’émissions de CO2 dans l’atmosphère, et cela peut être résolu dans une large mesure en utilisant les technologies existantes, telles que l’énergie solaire et éolienne. Nous avons tous les outils pour inverser la tendance, mais nous devons travailler ensemble rapidement. 

Je n’ai que 16 ans aujourd’hui, et nous n’avons qu’une autre de mes courtes vies d’adolescent, pour inverser la tendance actuelle à faire de 450 ppm une réalité lointaine. Alors que nous regarderons le ciel dans 16 ans, espérons voir le soleil briller de mille feux, sans être obstrués par les traces gravées de nos actions passées sur le carbone. Rappelons-nous que chaque choix que nous faisons, de la nourriture dans nos assiettes à la façon dont nous voyageons, laisse une longue empreinte sur notre planète. Et choisissons judicieusement, en gardant à l’esprit l’héritage que nous laisserons aux générations futures. Car ce n’est pas seulement l’air que nous respirons ou l’eau que nous buvons qui est en jeu, mais l’avenir même de la vie sur Terre.

 



A découvrir

Nicippé

"Pas des nôtres" le film de House Films Lausanne

Frisbee - réseau fribourgeois des organisations de l'enfance et de la jeunesse

NUNA DE BÈQUE.